29.01.17

Dec'o

Adieu, cher ami…

Jeudi dernier, mon sang n’a fait qu’un tour…

Deux messieurs vêtus de noir comme si ils étaient sortis tout droit du film Men in Black… quoi qu’un peu plus décontractés, sont venus me prendre une chose à laquelle je tenais beaucoup.  Je ne sais pas trop comment s’appelait ce gros machin sur 4 pattes comme moi, mais souvent on me le désignait en me le montrant du doigt et en me disant : « A ta place ! ».

Au début, je ne l’aimais pas beaucoup. J’avais beau essayer de l’atteindre, c’était toujours sans succès. Il était bien plus grand que moi et me narguait avec ses centimètres en plus. Puis un jour, après mille tentatives et beaucoup d’énergie, je suis arrivé à me mettre sur son dos. Il n’a rien dit, il a perdu la partie.

De là haut, j’ai vu que je pouvais observer toute la pièce et surtout le haut de la table où sont servis tous un tas de choses auxquelles je n’ai pas droit. J’avais une vue spectaculaire sur toutes ces choses bonnes à manger. Car oui, je suis gourmand !

Lui et moi, nous nous sommes liés d’amitié. Je lui avais promis de ne pas lui faire pipi dessus et en échange il me promit de me laisser me détendre sur son dos. Je pouvais m’allonger sur lui de tout mon long et ce à durée indéterminée.

J’ai tenu ma promesse et lui aussi. Lorsque je me retrouvais seul à la maison, il était là avec moi et nous dormions tous les deux, blottis l’un contre l’autre. Il me tenait chaud, j’étais bien calé dans ses bras. Je ne pouvais imaginer une seule seconde ma vie sans lui.

Alors lorsque j’ai vu qu’on le retournait sur le dos pour l’amputer de ces 4 pattes, je n’étais pas content du tout. J’étais non seulement subjugué par tant de violence et surtout je n’avais pas vraiment envie qu’on me fasse la même chose.

Il n’a rien dit. Il a subi et j’étais triste. J’ai vagabondé dans l’appartement toute la journée à la recherche de son bras. Je n’ai pas pu dormir ce jour là. Aujourd’hui, dimanche, il est parti. Parti dans une autre maison, peut-être qu’il trouvera un autre ami, peut-être pas. J’y ai quand même laissé quelques poils en guise de souvenirs, pour qu’il se souvienne que c’était moi le premier.

Un autre machin mais cette fois-ci à 8 pattes a fait son apparition dans notre salon. Je l’ai boudé pendant 2 jours en guise de solidarité. J’ai dormi sur le tapis, j’ai joué l’ignorance totale. Je passais à côté de lui sans le moindre regard ou la moindre attention. Qu’est ce qu’il venait faire ici ?

Puis ce petit nouveau m’a vite amadoué. Il a quelques similitudes avec mon ami précédent, mais surtout de bien meilleurs qualités. Il est bien plus grand, extrêmement dodu et super confortable.

Il s’appelle Posada, il vient d’un magasin qui s’appelle Habitat. Je connais bien ce magasin, j’y ai passé des heures. Des heures à me demander ce qu’on faisait là au lieu d’être au parc avec mes copains. Je n’avais pas compris jusqu’à aujourd’hui pourquoi ma maîtresse avait salué tous les machins à 4 pattes.

J’ai dormi sur son dos pour la première fois hier, je l’aime et je crois que lui aussi. Nous allons faire un long chemin ensemble pour mon plus grand plaisir !

La suite, ce n’est probablement pas moi qui l’écrira, mais si vous aimez la déco, je vous invite à ne pas louper le post qui arrive bientôt sur le blog.

Sur ce bonne soirée ! CHARLY

6 commentaires

Follow me on Instagram #celinemarks

top