26.05.14

Shopping

Se mettre au running…

Running Asics Gel-Pulse 5 dispo sur Spartoo
_____________

Cela fait 1 mois et demi maintenant que je me suis mise au running. Les raisons sont multiples, envie de perdre du poids, de me sentir en forme, d’avoir une silhouette plus svelte et plus tonique, de retrouver du souffle et surtout de me préparer pour la saison des mariages qui débute dès cette semaine.

Car ça n’a l’air de rien un reportage photographique de mariage, mais croyez-moi c’est assez physique et intense. Je n’avais pas du tout pensé à ça lorsque je me suis lancée dans cette activité. On est debout de 8h00 jusqu’à minuit voire 1 heure du matin, on mange peu car on n’a pas le temps et je porte bien souvent pas loin de 5 kilos de matériel. Une fois j’ai eu tellement mal aux genoux que j’ai cru ne pas pouvoir me relever de ma chaise. Mon travail m’oblige à être assise toute la journée devant mon ordinateur et ce n’est pas comme cela que j’élimine des calories, je dirais même plutôt que je les accumule. J’ai donc dit stop !

J’ai donc décidé de m’entraîner pour cette nouvelle saison qui commence et qui s’avère assez intense. Le running me semblait être la meilleure des activités. Je cours environ 3 à 4 fois par semaine et uniquement le matin au environ de 7h30-8h sur une distance de 8 kilomètres. Je me suis instaurée une discipline de fer de façon à être à mon bureau prête à travailler à 9h30. Les débuts ont été difficiles car j’ai toujours détesté courir. Je n’y est jamais attaché grand intérêt sauf lors de mon adolescence (de 8 ans à 15 ans, où j’ai pratiqué le basket ball pendant 7 années consécutives de poussin à senior). Courir après un ballon oui, courir après rien ne m’a jamais passionné ou motivé. J’ai du arrêter ce sport car du haut de mon 1m59, je me sentais pas spécialement à ma place au milieu de nanas qui mesuraient 1m80. Puis il y avait mes études d’art à Paris… bref… c’était un peu compliqué d’enchaîner entrainements et matchs le week-end.

A Paris, il est aussi difficile de trouver un sport. Les cours sont vite pris d’assaut, c’est surpeuplé et souvent très cher. J’ai également essayé la piscine, mais c’est pire que le métro, moi quand je fais du sport j’ai besoin de respirer pas de me sentir étouffée. J’ai donc laissé tomber très rapidement. Le running était donc parfait pour moi. Je cours principalement en forêt sur un chemin assez escarpé, fait de 40% de montées et le reste c’est du plat. Je n’ai pas commencé par le plus simple, mais finalement cela m’a fait progressé très rapidement. J’ai immédiatement ressenti les bienfaits de ce sport. Notamment la journée, je suis plus en forme, je dors mieux, parfois j’ai envie de déplacer des montagnes.

Vous avez été quelques unes à me demander des conseils sur les chaussures qu’il fallait porter pour faire du running. Bien évidemment, je cours depuis peu, je ne suis pas une grande experte en la matière. Cependant, j’ai pu tester quelques paires de baskets et aujourd’hui je peux me permettre de vous conseiller un peu sur le sujet.

J’avais acheté des Nike Flyknit Air Max destinées à la base à la vie de tous les jours plutôt qu’au running. Mon mec m’a toujours conseillé de prendre des Asics, il court depuis près de 10 ans et c’est un peu un expert en la matière. Mais moi la blogueuse mode un peu bonne à rien, je voulais être stylée pour courir. J’en ai fait qu’à ma tête et j’ai foulé le pavé avec mes Nike Flyknit Air Max. Comme je n’avais jamais couru avant, elles m’ont convenu sur les premières séances. Mais après je me suis vite rendue compte que l’amorti n’était pas à la hauteur et qu’elles étaient assez lourdes. Quelques semaines plus tard, ayant atteint un niveau supérieur, j’ai investi dans une nouvelle paire de running : des Asics Gel-Pulse que j’ai shoppé chez Spartoo. J’ai vu la différence dès que je les ai chaussé et que je me suis mise à courir. Ce jour là, j’ai couru plus longtemps et j’ai battu mon record en kilomètres (9km). Aujourd’hui, je souhaiterais vous faire part de mon expérience la plus sincère, je ne suis sponsorisée par aucune marque pour l’écriture de ce billet et mon but est de donner l’envie à certaines d’entre vous de se lancer ou de vous apporter quelques conseils qui pourraient vous servir, tout ça avec mon humble niveau de débutante.

Voici donc quelques réponses à vos questions, peut-être que cela vous aidera dans le choix de vos futurs baskets ou même à vous motiver pour votre prochaine course. C’est une expérience tout à fait personnelle et chacune doit choisir ses runnings en fonction de ce qu’elle veut en faire. Courir sur du pavé, courir en forêt, chaque chaussure correspond à un entraînement particulier et il faut bien se renseigner avant d’investir. Ne faîtes pas comme moi ! Le style c’est bien, mais ce n’est pas ce qui vous fera progresser dans votre course.

Quelles chaussures je dois acheter sans trop me ruiner ?
Asics est incontestablement le leader en chaussures de running. J’ai d’ailleurs pu le constater très vite, car tous les coureurs qui courent et que je croise chaque matin ne portent que ça. C’est ce qui m’a décidé à en acheter d’autres. La particularité de leurs chaussures c’est qu’elles contiennent du gel-pulse qui est excellent pour l’amorti. Ce que je peux vous certifier ici, c’est que ce n’est pas le prix qui fait la qualité de la chaussure, mais ce qu’elle a dans le ventre. L’amorti est de loin le plus important car c’est ce qui vous fera courir de manière efficace même quand vous serez fatigué. Il est important aussi pour l’après course, c’est grâce à lui que vous aurez moins mal aux pattes. Le modèle que j’ai choisi permet d’évoluer sur tous types de terrains et de chemins. Et grâce à son gel placé à l’avant et à l’arrière de la chaussure, les chocs sont absorbés et cela m’a permis d’améliorer mes performances, notamment lorsque je sens que je commence à fatiguer.

Je cours et au bout de 3 km, je suis exténuée. Comment fais-tu pour courir 8 km ? Et comment trouves-tu la motivation ?
C’est à force de courir qu’on gagne en endurance et qu’on améliore ses performances. Il n’y a pas de secret, l’entraînement est la clé de la progression et de l’envie d’y aller chaque matin. Plus vous constaterez que vous vous améliorez, plus vous aurez envie de vous surpasser. Au début, je ne courais que 6 km, j’avais mal aux jambes, je me décourageais, j’en avais ras le bol et en plus j’étais rouge comme une tomate. Dès qu’il y avait une montée, une petite voix dans ma tête me disait, laisse tomber, à quoi ça sert, va plutôt manger du chocolat sur ton canapé. Pendant qu’une autre me disait, n’écoute pas ce qu’elle dit, tu seras fière de toi quand tu pourras courir 10km, bouge toi le cul ! Chaque jour où je vais courir est un défi. Le corps est parfois en forme d’autres moins et cela est dû à de nombreux paramètres. Il est important dans ce cas là, d’écouter votre corps et ses envies. Certes se surpasser un peu plus à chaque course, c’est bien, mais pas au détriment de ce que l’on peut faire. La progression est croissante, rien ne sert de vouloir aller trop vite. Pour ma part, à certains moments je suis très en forme, je cours sans avoir l’envie de m’arrêter. Alors que lors des premières séances au bout du 1er tour, je me disais : » Putain encore 2 tours à se taper ! ». Aujourd’hui, je ne me dit plus ça, car lorsque je cours j’ai l’impression de marcher à grande vitesse. Je m’explique. Ayant gagner en souffle, mon endurance est constante et j’arrive à la maîtriser. Lorsqu’il y a une montée par exemple, j’anticipe en ralentissant la course et de cette manière je contrôle d’avantage mon endurance. A l’inverse quand il y a une descente, je me laisse porter sans le moindre effort et je récupère du souffle.

Les conditions pour faire un bonne course :
– Avoir bien dormi la veille. Quand je vais courir, je me couche plus tôt par exemple. C’est important pour être en forme le lendemain.
– Ne pas trop manger la veille (par exemple le soir manger léger si vous courez le lendemain matin)
– Commencez à courir sur un chemin plat, cela sera peut-être plus facile pour commencer.
– Lancez vous des défis réalisables. Cette montée que vous ne faîtes qu’en marchant, montez là en courant à la moitié puis terminez en marche rapide. La prochaine fois, cela sera plus facile et les suivantes, vous la grimperez en courant, vous verrez !
– Ne pas trop serré les lacets de ces chaussures, mais suffisamment pour qu’elles vous maintiennent. Les pieds gonflent à force de courir et vous pouvez avoir des fourmis car le sang a du mal à circuler. Dans ce cas, arrêtez vous et desserrez vos lacets.
– Pensez à prendre des mouchoirs en papier, on a souvent le nez qui coule quand on court.
– Ne vous fiez pas aux autres qui courent plus vite que vous, il y a toujours meilleur. Certains font 1 tour et s’en vont alors que vous, vous en êtes à votre troisième tour. Concentrez vous sur votre course, pas sur celle des autres.
– Attachez vos cheveux. Pour ma part, j’ai une casquette qui me permet de pas avoir la mèche dans le visage, sinon c’est très gênant.
– Attention cependant, les performances ne sont pas les mêmes si vous courez sur du plat (exemple : tour de piste d’athlétisme) ou bien sur un chemin escarpé. Sur du plat, je peux aisément courir 10 km alors que sur un chemin escarpé, je ne courais que 8 à 9 km. Ne vous démotivez donc pas si vous avez moins couru que la précédente, cela dépend du parcours.

Quelle tenue me recommandes-tu ?
Alors je n’ai pas forcément de bons conseils à vous donner si ce n’est d’éviter les joggins. Ca n’a l’air de rien vu comme ça, mais le frottement en bas de la cheville ralentit votre course et ce n’est pas très agréable. De plus, vous pouvez vous prendre les pieds dedans et chuter. J’ai acheté ma tenue entière chez Primark pour la modique somme de 30€, un collant running, un soutien-gorge sportance et une veste coupe-vent running. Elle me convient bien pour le moment, vous pouvez la découvrir >> ici <<.

Quels conseils donnes-tu pour courir plus longtemps et trouver un souffle régulier ?
La premier est sans aucun doute de courir seule. A moins que vous couriez à la même vitesse que la personne qui vous accompagne mais c’est chose rare. Quand je pars courir avec mon chéri  nous entamons notre course chacun de notre côté. Nous nous retrouvons à un endroit pour les étirements. Car si vous suivez une personne qui court plus vite que vous, ça va être vite la galère surtout si vous débutez. Je vous conseille donc de commencer par courir seule et à votre rythme. Si vous êtes rapidement essoufflée c’est que vous courez trop vite, ralentissez le rythme. Le bon tempo est celui où vous courez avec un souffle régulier et qui ne vous fatigue pas. Un peu comme si vous marchiez en fait. Mon objectif premier n’est pas de faire du cardio. Mais plutôt celui de courir à un rythme régulier et plus longtemps afin d’atteindre les fameux 10 kilomètres de course.

Aujourd’hui, je cours bien plus vite que mes premières séances, j’ai gagné en souffle et je fais les 3 tours presque aussi facilement que le premier. Je suis passé à 3 tours et demi bientôt je franchirai le 4ème tour soit les 10km.

J’ai mal à la tête quand je cours, est-ce normal ?
J’ai eu des maux de tête les 2 premières semaines. Je me suis posée la question car parfois c’était assez violent et ça tapait fort. Ce fût une nouvelle fois une étape à franchir. Cela peut venir de la déshydratation ou bien alors vous n’alimentez pas assez votre cerveau en oxygène. Depuis que je cours d’avantage, je n’ai plus ce problème, ça a dû disparaître à la 5ème course environ.

Pourquoi cours-tu le matin ?
Je cours le matin car pour moi cela paraît beaucoup mieux que de courir à 14h après le repas. Il fait frais, il y a moins de monde et c’est beaucoup plus appréciable. Je cours à jeun par contre et je déjeune au retour.

Quelle application me conseilles-tu pour courir ?
Sans hésitation Nike +. Je vous conseille d’ailleurs fortement de la télécharger, elle est gratuite sur l’apple store. Elle vous permettra de tenir un journal précis de vos performances et ainsi de voir votre progression. Elle contribue énormément à garder ma motivation. Je peux voir les progrès que j’ai réalisés au fur et à mesure des semaines. On peut voir ses diverses performances, gagner des trophées et des coupes. Et croyez moi, même si ce n’est que virtuel, on est quand même fière.

Comment faire pour ne pas avoir de courbatures ?
Les premiers temps, vous en aurez, c’est obligatoire surtout si vous ne faites aucun sport. Elles disparaîtront au bout de 2 semaines si vous courez régulièrement. Il faut aussi beaucoup boire au cours de la journée.

Au bout de combien de temps les résultats sont visibles ?
Alors chacune de nous à sa propre morphologie, pour ma part les résultats ont été visibles au bout d’un mois. Au début, j’étais désespérée car ça ne se voyait nullement sur la balance. Je prenais du muscle et forcément la perte de poids était quasi invisible. Je ne me suis pas découragée et du coup, je me suis moins pesé. Aujourd’hui, j’ai perdu 5 kilos, j’ai d’avantage confiance, en moi, je me sens plus tonique et surtout beaucoup plus en forme. Comme dit mon amie Pauline, après une course tu as l’impression d’avoir pris une douche de l’intérieur et cela résume plutôt bien la sensation que l’on a. Je me suis affinée également, je remets certains jeans que je ne pouvais plus porter. Bien évidemment, on en perd pas qu’en courant, il faut aussi modifier son alimentation en supprimant le sucre et le beurre par exemple et surtout en buvant beaucoup d’eau pour éliminer les toxines.

Voilà j’espère que ce post vous aura plu, si vous avez des questions, n’hésitez pas, j’essaierai d’y répondre au mieux en fonction de mon emploi du temps assez chargé cette semaine. A l’heure où se publie ce billet, je serais bientôt en route pour l’aéroport en partance pour l’Ile de la Réunion avec ma Paulinette. Je ne manquerai pas de poster de là-bas des articles que j’ai tout spécialement préparé pour vous. Au programme, du look et de la bonne adresse. Si je vous manque un tout petit peu et que vous souhaitez me suivre, n’hésitez pas à vous abonner à mon compte Instagram, c’est là que je serai sans aucun doute la plus active. Et c’est pas pour vous narguer, promis, c’est juste pour l’envie de partager le soleil, la mer et les cocotiers. Bon ok j’arrête. Nom de code : les demoizelles (trop fastoche !)

A très bientôt avec un look !

asics_gel_pulse_2 asics_gel_pulse_3

Photos : Moi – Tous droits réservés Les Demoizelles

49 commentaires

top